Cours de Saxophone à Venelles et à Aix-en-Provence

Qui suis je ?

Un instrument de musique issu d’une grande famille comportant sept membres au total, du plus grave au plus aigu.

Je brille de mille éclats. Pourtant je suis un bois ! Dépourvu de mon bec en ébonite ainsi que de mon anche en roseau.

Même Eole soufflant de toutes ses forces n’obtiendrait aucun son. Malgré mon âge qui peut paraître très avancé aujourd’hui, je reste l’un des plus jeune face à mes camarades.

Mon père, Adolphe Sax, m’a inventé et mon brevet a été déposé en 1846. A cette belle époque, nous étions en plein dans l’aire de la musique romantique. Et j’ai voulu me faire une petite place au sein de l’orchestre symphonique, auprès de mes amis les clarinettes, bassons et hautbois.

Mais malheureusement, l’équilibre sonore étant déjà obtenu sans moi, avec mon timbre “sui generis” comme disait Berlioz, j’ai été chassé de là…

Je peux tout de même dire merci à Ravel qui m’a offert mon moment de gloire dans son célèbre Boléro (composé en 1928, soit bien après ma création). Ou encore à Elisa Hall, mécène américaine, qui m’a permis de
me constituer mon premier répertoire, à esthétique principalement impressionniste avec notre cher compositeur Debussy. Ce qui est amusant avec cette douce rencontre entre Elisa et moi, c ‘est qu’elle ne m’a pas choisi par hasard !
Cette jeune dame était atteinte d’une maladie pulmonaire, et j’ai été sa prescription médicale. Sacrée anecdote, vous ne trouvez pas ? Evidemment, bien d’autres compositeurs ont été charmés par mon joli timbre. Mais cela n’a pas suffi à me faire avoir une existence pérenne.

Alors, vous m’avez démasqué ? Eh oui, je suis le saxophone !


Grâce à deux grands facteurs principaux, j’ai pu être sauvé de l’oubli. D’une part avec mon exportation aux Etats Unis, où j’ai pu au départ me trouver enfin une place dans une musique super chouette : le jazz. Et d’autre part, en France, avec Marcel Mule qui a été l’un des premiers protagonistes de l’école française du saxophone. Grâce à lui, une classe a été ré-ouverte au Conservatoire de Paris en 1942 ! Avant tout cela, on ne retrouvait le saxophone que dans les musiques d’armée, notamment à la Garde Républicaine.

Quand on y pense, c’était il n’y a pas si longtemps… vous vous rendez
compte, la classe de saxophone du CNSM de Paris à moins de 100 ans !

Aujourd’hui, on me retrouve partout. Dans le classique et le jazz, mais aussi dans la funk, le rock, le reggae, le blues, la variété,… que de choix ! Mon répertoire ne cesse de grandir grâce aux compositeurs actuels tels que Thierry Escaich, Thierry Alla, Ida Gotkovsky ou encore Jean
Claude Risset qui nous a quitté il y a peu, et bien d’autres. Dans l’univers du jazz, impossible de ne pas penser à John Coltrane, Sidney Bechet, Charlie Parker ou encore Stan Getz.

La facilité d’apprentissage des doigtés combinée avec la souplesse et flexibilité du son, je peux m’adapter à tous les styles. Grâce à la diversité des équipements qui me composent, notamment le choix du matériaux et de la coupe du bec, ou de la coupe de l’anche, je peux avoir tantôt un son cuivré et brillant apprécié dans le jazz par exemple, tantôt un son plus rond et chaleureux, proche de la clarinette, plutôt apprécié en classique.


Tout cela vous a donné envie d’essayer ? N’ayez pas peur et venez souffler !

Je suis facile à manipuler. En règle générale, on débute avec le saxophone alto. Il pèse environ 4,5 kilos mais pas de panique. On me porte à l’aide d’un harnais ou
d’une cordelière autour du cou. Je possède, à quelques exceptions près, les mêmes doigtés que la flûte à bec. Il ne se passe pas trop de temps avant de pouvoir jouer ses premières petites mélodies. En revanche, pour les petits bouts de chou, il faudra attendre entre 7 et 8 ans pour commencer. Même si nos amis les facteurs d’instrument ont inventé les saxophones soprano courbes, plus petit, plus aigu que l’alto, mais surtout plus léger (1,5 kilos) pour débuter le plus tôt possible, il faudra des incisives supérieures solides pour s’appuyer sur le bec.

Enseignante : Caroline Levasseur Si vous avez des questions, n’hésitez pas à venir la voir ; elle se fera une joie de répondre à toutes vos interrogations !

Prendre du plaisir à jouer ensemble !

Les élèves de la classe de saxophone partagent leur répertoire avec les autres instrumentistes de la MJC, notamment au travers des concerts ou manifestations proposés : le Printemps des Musiciens, MJSon et le Petit Pont des Arts. Moments de partage et d’harmonie avec les autres musiciens et instruments des autres classes de la MJC.

Horaires : les vendredis de 17 h 00 à 20 h 00.

Les cours ont lieu dans les locaux de la MJC.

Voir les tarifs sur la page infos pratiques.

Les élèves du cours de saxophone viennent également des environs de Venelles, Meyrargues situé à 6 minutes, Peyrolles situé à 15 minutes, Le Puy Sainte Réparade également à 15 minutes, Aix-en-Provence situé à 12 minutes, Puyricard également à 12 minutes et Aix les Platanes à 7 minutes.