Du choeur à l’ouvrage Opéra pour voix d’enfants

Du choeur à l’ouvrage

Opéra pour voix d’enfants

Opéra-événement en clôture de la saison au Grand Théâtre en coréalisation avec le Festival d’Aix-en-Provence, dans le cadre de MP 2018 Quel Amour !

Du choeur à l'ouvrage

Du choeur à l’ouvrage

Présentation

Échoués sur une île, suite au naufrage du bateau qui les emmenait donner leur concert de Noël, de jeunes choristes se retrouvent livrés à eux-mêmes. Désespoir, prise de pouvoir, rébellion anti-solfège ou répétitions enjouées mènent au nœud dramatique : la mort de la voix de l’élu…

Marie Desplechin a imaginé Du chœur à l’ouvrage comme un opéra sur l’apprentissage de la musique et de tout ce que l’on doit sacrifier en grandissant. Sur le plateau, quarante enfants, sans aucune présence adulte. La librettiste s’est inspirée de la vie des jeunes choristes mais donne à son récit un tour fantastique et initiatique, émouvant, farcesque ou inquiétant. Le compositeur Benjamin Dupé a écrit une musique qui traverse les archétypes de l’opéra – grands airs, récitatifs, chœurs dramatiques – , puisant son inventivité dans les infinies possibilités sonores que la voix suggère par-delà le chant. Orchestrée avec précision pour les musiciens de l’ensemble L’Instant Donné, habitant la scénographie résonante d’Olivier Thomas, la musique envahit jusqu’aux corps des enfants chanteurs, mis en mouvement par la chorégraphe Ana Gabriela Castro.

Distribution

Ensemble instrumental L’Instant Donné
Conception, musique et mise en scène Benjamin Dupé
Livret original Marie Desplechin
Chorégraphie Ana Gabriela Castro
Scénographie Olivier Thomas
Lumière Christophe Forey
Costumes Marion Poey
Assistanat à la mise en scène Maud Morillon

Avec Elsa Balas (alto), violoncelle Nicolas Carpentier (violoncelle), Nicolas Chedmaïl (cor), Caroline Cren (piano), Maxime Echardour (percussion), Saori Furukawa (violon), Thomas Keck (guitare), Mayu Sato (flûte), Frederik Sakham Lomborg (contrebasse), Mathieu Steffanus (clarinette)
et les chanteuses et chanteurs de la maîtrise des Bouches du Rhône, direction Pascal Denoyer (distribution en cours)

 

AVEC LE SOUTIEN DE :

Les theatres.net

Bouvard et Pécuchet Gustave Flaubert, Jérôme Deschamps

Bouvard et Pécuchet

Gustave Flaubert, Jérôme Deschamps

« Bouvard et Pécuchet » mis entre les mains de Jérôme Deschamps, c’est forcément un régal ! Le créateur des Deschiens adapte le savoureux chef d’œuvre de Flaubert et l’interprète aux côtés de Micha Lescot accompagné d’une joyeuse troupe !

Bouvard et Pécuchet

Bouvard et Pécuchet

Présentation

Bouvard et Pécuchet, copistes de leur état, se rencontrent sur un banc public. Et s’apitoient sur l’état du monde qui, mon pauvre ami, va à vau l’eau. Mais foin de jérémiades, il s’agit de prendre le taureau par les cornes, hardi les gars, sus à la bêtise humaine. Tout y passe de l’agriculture à la culture et rien n’échappe au faible lumignon de ces deux cloportes à l’intelligence aussi courte qu’un jour sans proverbe de l’almanach Vermot. C’est le grand bazar des clichés et stéréotypes, le vide grenier des inepties et des idées reçues, le grand bêtisier encyclopédique, la foire des gags à gogo. Car ils sont niais à manger du foin, ces deux-là. Parfois, tels de vieux cousins inopportuns, les Deschiens surgissent au détour d’une scène, à la grande surprise de Gustave, n’en déplaise aux encyclopédistes purs et durs. Agaçants, irritants, émouvants, tendres, drôles, nos deux compères campés avec brio par Jérôme Deschamps- Pécuchet en personne tout en rondeur et souplesse, et Micha Lescot- Bouvard, le long escogriffe que l’on ne s’attendait pas à trouver là, entourés par Pauline Tricot et Lucas Hérault dont il faut aussi saluer la « bravitude », vont faire souffler entre Vieux- port et Canebière un petit vent de folie burlesque pour fêter le joli mois de mai.

Distribution

D’après le roman de Gustave Flaubert
Mise en scène et adaptation Jérôme Deschamps
Costumes Macha Makeieff
Lumières Bertrand Couderc
Scénographie Félix Deschamps
Assistant à la mise en scène Arthur Deschamps
Régie générale Lionel Thomas
Accessoires Sylvie Châtillon
Régie Lumières Julien Châtenet, Stan Bruno Valette
Assistante Costumes Claudine Crauland
Postiches et Perruques Cécile Kretschmar
Conception Décors Clémence Bezat
Fabrication des décors Atelier Jipanco

Avec Jérôme Deschamps, Lucas Hérault, Micha Lescot, Pauline Tricot

 

AVEC LE SOUTIEN DE :

Les theatres.net

Paolo Fresu, Omar Sosa, Trilok Gurtu Trois ténors du jazz

Paolo Fresu, Omar Sosa, Trilok Gurtu

Trois ténors du jazz

Pour clore cette prolifique saison jazz, trois des ténors les plus talentueux du jazz actuel s’unissent pour un concert haut en couleurs et en sons.

Paolo Fresu Omar Sosa Trilok Gurtu

Paolo Fresu Omar Sosa Trilok Gurtu

Présentation

Leaders charismatiques, éprouvés à toutes les aventures sur des terrains musicaux ouverts au monde, compagnons de route des plus importants créateurs contemporains, les voilà réunis dans un projet sans contrainte où fusionnent librement leurs riches univers. Un véritable kaléidoscope sonore qui nous emporte dans une transe hypnotique d’un genre nouveau. Musicien migrateur omniprésent sur les scènes du monde entier depuis une quinzaine d’année, Omar Sosa multiplie les expériences aux frontières des musiques caribéennes, africaines et d’Amérique du Sud. Il invente un son urbain d’une rare fraîcheur. La sonorité pleine, claire, tranquille et joyeuse de Paolo Fresu fait de ce grand trompettiste sarde une voix immédiatement identifiable. Il est l’un des trompettistes les plus en vue de la scène européenne, qui ne manque pourtant pas de talents. Quant à Trilok Gurtu, virtuose indien de la percussion, on le retrouve ici après son concert au Gymnase. John McLaughlin, Jan Garbarek, Dave Holland, Neneh Cherry, Omara Portuendo, Pat Metheny, Annie Lennox ont tous trouvé en lui un musicien d’exception, proposant de nouvelles voies.

Distribution

Trompette Paolo Fresu
Piano Omar Sosa
Percussions Trilok Gurtu

 

AVEC LE SOUTIEN DE :

Les theatres.net

Red Star Orchestra & Thomas de Pourquery Broadways

Red Star Orchestra & Thomas de Pourquery

Broadways

On connaissait Thomas de Pourquery saxophoniste, bête de scène et meneur de jeu charismatique avec Supersonic, on le découvre en crooner hors pair dans Broadways, projet lancé par le chef d’orchestre Johane Myran et son Red Star Orchestra.

Thomas de Pourquery et Red Star Orchestra

Thomas de Pourquery et Red Star Orchestra

Présentation

De My Funny Valentine à My Way, le big band revisite et redonne du relief au répertoire américain que l’on connaît par cœur, avec des arrangements modernes, vivants, et surtout qui swinguent ! Le Red Star Orchestra possède indéniablement les trois qualités qui font un grand orchestre : la perfection des exécutions d’ensemble, de grands solistes et un grand arrangeur. Sur scène, l’énergie et l’émotion priment sur la démonstration de technique pure.

C’est après une collaboration avec la chanteuse Olivia Ruiz que le Red Star Orchestra invite pour leur nouveau projet Thomas de Pourquery et lui propose d’arranger ses standards de jazz préférés dans un style adapté à son tempérament explosif. Johane Myran se lance alors dans la création d’un répertoire à l’écriture originale, où se croisent dans un joyeux mélange le swing des années 50, le free jazz des années 70 et les expérimentations rythmiques et harmoniques de la musique contemporaine et du jazz actuel.

Distribution

Red Star Orchestra
Direction artistique Johane Myran
Chant Thomas de Pourquery

M comme Méliès

M comme Méliès

En voilà une jolie idée d’Elise Vigier et Marcial di Fonzo Bo de hisser Georges Méliès au rang de héros pour nos bambins !

M comme Méliès

M comme Méliès

 

Présentation

Que serait le cinéma sans La guerre des étoiles, que serait La guerre des étoiles sans les effets spéciaux, et les effets spéciaux sans Georges Méliès qui les a inventés ?

Inconscient de la voie qu’il ouvrait à l’industrie cinématographique, Méliès se décrit lui-même en facétieux artisan : « si un certain nombre de ces vues comportent, en effet, des changements, des métamorphoses, des transformations, il y a aussi un grand nombre d’entre elles où il n’existe aucune transformation, mais bien des trucs, de la machinerie théâtrale, de la mise en scène, des illusions d’optique, et toute une série de procédés dont l’ensemble ne peut porter un autre nom que celui de « trucage ». Du Voyage dans la lune en 1902 à Star Wars aujourd’hui, M comme Méliès retrace l’histoire d’un génie qui revendique « d’exécuter les galipettes les plus échevelées pour amuser mes contemporains du XIXe siècle et ceux du commencement du XXe. » Et ceux du XXIe donc !

Distribution

Avec Arthur Amard, Lou Chrétien-Février, Alicia Devidal, Simon Terrenoire, Elsa Verdon

À partir de films et écrits de
Georges Méliès
Mise en scène
Élise Vigier, Marcial Di Fonzo Bo

Décor Marcial Di Fonzo Bo, Élise Vigier, Patrick Demière, Alexis Claire,
Catherine Rankl

Musique originale Étienne Bonhomme
Avec la collaboration de Sophie Bissantz

Costumes Pierre Canitrot
Perruques et maquillages
Cécile Kretschmar
Marionnettes Luis Enrique Gomez Bastias
Conseillers magie Philippe Beau
et Hugues Protat

 

AVEC LE SOUTIEN DE :

Les theatres.net

La Vie (titre provisoire) François Morel

La Vie (titre provisoire) François Morel

Dans un hommage facétieux au music-hall, François Morel chante et ré-enchante des instants de vie comme autant de bonnes raisons de se réconcilier avec l’existence.

François Morel

François Morel

Présentation

Un spectacle de François Morel est toujours une promesse de bonheur. Un instant privilégié, une parenthèse enchantée. Familier des Théâtres, il revient à Aix, sur la scène du Grand Théâtre cette fois pour un spectacle musical écrit suite aux événements qui ont frappé la France ces dernières années. Dès le titre, clin d’œil railleur mais bel et bien définitif, on devine le ton joyeux et mutin de ce tour de chant entre mélancolie et fantaisie qui fait la part belle à la vie. Mis en scène par la chanteuse Juliette et en musique par son complice Antoine Sahler, le concert évoque des tranches de vie à travers des chansons, drôles, tendres, impertinentes. François Morel joue avec ses musiciens et avec le public – en faisant mine de se lancer dans des imitations catastrophes. Et quand il s’approprie – pour de vrai – un morceau culte de Jacques Brel, Au suivant, il le fait avec âme et conviction. Comédien, chanteur, poète, « mélancomique » dans la lignée des Francis Blanche, Yves Montand et autre Boris Vian, François Morel réveille le souvenir de ces récitals d’autrefois qui se jouaient à Bobino et l’Olympia. Et il le fait avec talent. Elle est pas belle la vie ? Si. Provisoire forcément, mais d’autant plus belle et précieuse.

Distribution

 

AVEC LE SOUTIEN DE :

Les theatres.net

Moi, Moi et François B

Moi, Moi et François B

Clément Gayet, François Berléand

On se laisse allègrement piéger par les chausse-trappes de cette satire savoureuse du monde du théâtre. C’est insensé mais jubilatoire.

Moi, Moi et François B

Moi, Moi et François B

Présentation

Un jeune auteur kidnappe l’acteur – en l’occurrence François Berléand dans son propre rôle – qu’il veut pour sa pièce et se retrouvent tous deux, dans un endroit clos, étrange. Où sont-ils exactement, dans une agence de voyages ? Dans la tête du comédien ? Dans un cauchemar ? On ne sait pas bien mais l’important dans la pièce n’est pas là. L’idée ici n’est pas de se satisfaire d’une explication rationnelle mais bien de se laisser égarer par l’absurdité des situations. François Berléand campe un François Berléand crédible, ronchon et futé, tout en finesse dans ses expressions qui passent par toute la gamme chromatique en tentant d’échapper à l’imagination infinie et inquiétante de son auteur-ravisseur, lunaire, naïf de prime abord. Toujours à la lisière entre réalité – puisque les anecdotes de l’auteur sont puisées dans la vraie vie de François Berléand – et fiction, voire fantastique illustré entre autres par l’improbable apparition d’une femme contorsionniste-table basse, cet huis-clos vaudevillesque est à prendre au troisième degré. Jeu de miroirs, théâtre dans le théâtre, deus ex machina, tous les ingrédients savoureux du plateau sont ainsi réunis dans un genre plus proche de la comédie fantastique que du boulevard. Un délire bien calculé, bien calibré par le jeune dramaturge Clément Gayet, qui signe sa première pièce et joue aussi son propre rôle. Un spectacle étrange, drôle et culotté dont on ressort fatigué d’avoir tant ri.

Distribution

tant ri.

Gautier Capuçon & Orchestre de Chambre de Paris

Gautier Capuçon & Orchestre de Chambre de Paris

Haydn, Concerto pour violoncelle

Après Renaud Capuçon en novembre, le Grand Théâtre invite son frère Gautier, l’un des plus illustres violoncellistes de son époque.

Gautier Capuçon

Gautier Capuçon

Présentation

Auteur de plus d’une trentaine d’enregistrements, et de multiples collaborations avec de prestigieux chefs et ensembles internationaux, la carrière de ce violoncelliste le classe parmi les plus grands maîtres de cet instrument. Son toucher se distingue notamment par l’intense émotion dont il investit la musique, comme si chaque note, chaque respiration était indispensable à son existence propre. Très impliqué dans l’émergence de nouveaux talents, Gautier est membre de jury de l’émission « Virtuoses » sur France 2 et assure depuis 2014 la direction d’une « classe d’excellence » à la Fondation Vuitton à Paris.

Avec l’Orchestre de chambre de Paris, il a sélectionné ce soir un programme éclectique et bien connu des mélomanes, choisissant de ne pas se limiter, comme le veut parfois la coutume, à l’exécution d’un seul concerto ; après Haydn, et son Concerto en do majeur, superbe de prestance et de vitalité, le musicien reprendra plusieurs pièces célèbres, du Cygne de Saint-Saëns à la Méditation de Thaïs, en passant par la Danse des elfes de Popper suivie d’une pirouette virtuose de Paganini. Un concert qui ravira tous les amateurs du violoncelle romantique !

Distribution

Orchestre de Chambre de Paris
Direction Adrien Perruchon
Violoncelle Gautier Capuçon

 

AVEC LE SOUTIEN DE :

Les theatres.net

Don Quichotte Ballet Nice Méditerranée

Don Quichotte Ballet Nice Méditerranée

Un monument du répertoire classique, adapté par Eric Vu-An, qui livre une interprétation inventive et personnelle de ce ballet créé par Marius Petipa. Un enchantement !

Don Quichotte

Don Quichotte

Présentation

L’Espagne dans laquelle nous transporte l’intrigue de Don Quichotte a revêtu ses plus beaux atours… Colorée, festive, grouillante de vie, elle est d’abord une ode à la jeunesse, loin de l’image du « chevalier à la triste figure » perdu dans sa folle quête. Une jeunesse incarnée par Kitri et Basile, deux amoureux dont le projet de mariage va à l’encontre de la volonté du père de la jeune fille, qui souhaite la marier avec un noble fortuné. Cette histoire éternelle de l’amour contrarié, est prétexte à de véritables moments de virtuosité chorégraphique, qui contribuent à la réputation de ce ballet magnifique. Eric Vu-An, tout en apportant la modernité de son regard, a su conserver la magie et le faste de la tradition classique avec respect et enthousiasme. Et Don Quichotte? C’est lui. Le chorégraphe a choisi d’interpréter ce personnage qui lui est cher. On le verra ainsi se battre contre les moulins à vent, partir à la rencontre des tziganes, échouer dans toutes ses tentatives, et s’enfuir dans ses rêves, interprétés par les 36 danseurs du ballet Nice Méditerranée. « Devant un ballet comme Don Quichotte , on vient rêver, tout oublier et se donner l’illusion que le monde va bien, pendant un moment » se réjouit dit Eric Vu-An. Ne vous privez surtout pas de moment suspendu…

Distribution

Ballet Nice Méditerranée
Chorégraphie Éric Vu-An
Musique Ludwig Minkus
Lumières Patrick Méeus

AVEC LE SOUTIEN DE :

Les theatres.net

El Baile Mathilde Monnier, Alan Pauls

El Baile Mathilde Monnier, Alan Pauls

Dans une salle de bal, douze danseurs revivent près de 30 ans de l’histoire de l’Argentine, dans l’intimité d’un lieu propice à la séduction et à l’éclosion des désirs.

El Baile

El Baile

Présentation

El Baile est librement inspirée de « Le Bal  » création du théâtre du Campagnol en 1980, elle même à l’origine du film éponyme d’Ettore Scola. Poursuivre, 30 ans après, avec les mêmes exigences et les mêmes codes, le travail de création qui avait présidé à un spectacle devenu culte est le pari très réussi de Mathilde Monnier, chorégraphe française et Alan Pauls, écrivain argentin, tous deux créateurs de cette revisite. Dans la salle de bal, se croisent se cherchent, s’appellent et s’étreignent les corps…Sur le sol, glissent les talons des danseurs de tango, bien sûr, mais la samba, la techno, le rock et autres danses rythment aussi le spectacle, qui court sur près de 30 ans d’histoire de l’Argentine. Les créateurs ont choisi, comme leurs prédécesseurs, de conserver la même unité de lieu, la salle de bal, et de faire des parcours de vies des danseurs une matière première. Plus qu’une histoire dansée de la danse, El Baile donne à voir et à ressentir la façon dont, dans un espace qui lui est consacré, la salle de bal, elle traverse, imprègne et révèle l’histoire.

Distribution

Conception et chorégraphie Mathilde Monnier, Alan Pauls
Dramaturgie Véronique Timsit
Scénographie et costumes Annie Tolleter
Création lumière Eric Wurtz
Création son Olivier Renouf
Conseil musical Sergio Pujol
Coaching vocal
Barbara Togander, Daniel Wendler
Assistante chorégraphique Marie Bardet
Répétitrice Corinne Garcia
Collaboration artistique Anne Fontanesi

Avec Martin Gil, Lucas Lagomarsino, Samanta Leder, Pablo Lugones, Ari Lutzker, Carmen Pereiro Numer, Valeria Polorena, Lucia Garcia Pulles, Celia Argüello Rena, Delfina Thiel, Florencia Vecino, Daniel Wendler.

AVEC LE SOUTIEN DE :

Les theatres.net